Nos missions

L’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration créée en 2009 regroupe :

  • L’ensemble des compétences de l’ancienne Agence Nationale de l’Accueil des Étrangers et des Migrations (ANAEM) (sauf l’emploi des Français à l’étranger) ;
  • Une partie des missions de l’Agence pour la Cohésion Sociale et l’Égalité des Chances (ACSE). L’État charge l’OFII d’intégrer les migrants durant les 5 premières années de leur séjour en France. L’OFII est désormais le seul opérateur pour cette mission.

Sommaire

  1. L’immigration familiale
  2. L’accueil et l’intégration des immigrés
  3. L’aide au retour et réinsertion
  4. L’accompagnement des demandeurs d’asile
  5. La mise en œuvre de la réforme « étrangers malades » depuis 2016
  6. L’immigration professionnelle

L’immigration familiale

L’OFII reçoit les demandes de regroupement familial. Il contrôle le logement et les ressources du demandeur, si le maire ne le fait pas.

Le Préfet prononce décision à la demande de regroupement. Puis le Consulat délivre le visa.

Après ces étapes, l’OFII aide le demandeur du regroupement familial à préparer l’arrivée et l’installation de sa famille. Du pays d’origine jusqu’en France, cette mission est assurée par le dispositif d’accueil et d’intégration de l’OFII.


L’accueil et l’intégration des immigrés

La loi relative au droit des étrangers en France, promulguée le 7 mars 2016, entérine une réforme majeure de la politique d’accueil et d’intégration des étrangers admis pour la première fois au séjour en France (étrangers primo-arrivants), y compris le public réfugié.

L’étranger admis pour la première fois au séjour en France ou qui entre régulièrement en France entre l’âge de seize ans et l’âge de dix-huit ans révolus et qui souhaite s’y maintenir durablement s’engage dans un parcours personnalisé d’intégration républicaine. Il conclut avec l’Etat un contrat d’intégration républicaine (CIR) par lequel il s’engage à suivre les formations prescrites suite à l’entretien individuel et personnalisé avec un auditeur de l’OFII.

Cette démarche s’inscrit dans un parcours d’intégration républicaine.


L’aide au retour et réinsertion

  • L’OFII assure la mise en œuvre des dispositifs d’aide au retour volontaire des étrangers en situation irrégulière qui souhaitent regagner leur pays et accompagner ceux, sans ressources, qui souhaitent bénéficier d’une aide au retour humanitaire.
  • L’OFII met en place des programmes d’aide à la réinstallation adaptés aux besoins des migrants souhaitant créer une activité économique dans leur pays d’origine. Il propose un accompagnement financier et technique.

L’accompagnement des demandeurs d’asile

  • L’OFII est présent dans les guichets uniques d’accueil des demandeurs d’asile (GUDA). Il évalue la vulnérabilité des demandeurs, gère le réseau d’hébergement et verse une allocation (ADA) selon le profil.
  • L’OFII pilote les structures de premier accueil des demandeurs d’asile (SPADA). Il collabore avec des opérateurs extérieurs dans le cadre d’un marché public.
  • L’OFII coordonne le Dispositif National d’Accueil (DNA) des demandeurs d’asile et des réfugiés. Il supervise l’attribution des places d’hébergement aux demandeurs d’asile dans les différents centres :
    • Centres d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (CADA)
    • Centres Provisoires d’Hébergement (CPH) des réfugiés
    • Autres dispositifs d’hébergement relevant du DNA.

L’émission de l’avis médical pour les autorisations de séjour pour soins

Nouveau chantier de l’OFII depuis 2016, le service médical de l’OFII instruit les demandes de titre de séjour pour raison de santé.


L’immigration professionnelle

Pour embaucher un étranger, l’employeur démontre qu’il n’a pas pu embaucher en France un salarié avec les compétences requises. L’OFII l’accompagne alors dans la procédure d’introduction du futur travailleur étranger.

L’OFII travaille avec tous les acteurs institutionnels en France et à l’étranger. Il coopère avec les préfectures ainsi que les postes diplomatiques et consulaires. Cela permet d’apporter le meilleur service aux publics migrants et aux employeurs d’étrangers en situation régulière.